Aujourd’hui, l’industrie du papier et de l’impression suit des normes environnementales qui participent à la réduction de l’empreinte carbone.

Les e-mails génèrent 410 millions de tonnes de CO2 par an

Le problème est aggravé par la quantité de messages qui s’accumulent dans nos boîtes aux lettres.

En France, un internaute reçoit en moyenne 39 courriels par jour.

Au total, 281 milliards d’emails ont été envoyés dans le monde, chaque jour.

En prenant cette moyenne de 4 g de CO2 par e-mail, c’est donc 410 millions de tonnes de CO2 par an qui sont générés.

Par comparaison, le transport aérien mondial a, quant à lui, produit 859 millions de tonnes de CO2 en 2018.

Néanmoins, ce chiffre est largement sous-estimé car il ne prend pas en compte les spams, qui représentent la moitié des messages reçus.

Or, même non ouverts, ces messages indésirables produisent 0,3 g de CO2 ! Au total, 80 % des e-mails ne sont jamais ouverts.

Chaque Français stocke 10.000 à 50.000 d’e-mails inutilement

Enfin, les courriels continuent à dépenser de l’énergie pour leur stockage.

Chaque Français garde entre 10.000 et 50.000 mails non lus dans sa boîte de réception.

Toutes ces données sont stockées dans des datacenters, qui consomment annuellement 200 TWh par an et produisent 0,3 % des gaz à effet de serre. 

(Source: Cliquez ici).

Share This