Le taux moyen de clic en France par jour est de 5,22% ce qui reste faible par rapport aux taux d’ouverture d’un courrier adressé qui est de 14,9%. 

« BIO Intelligence Service, spécialiste conseil en matière de TIC, s’est penchée sur le bilan carbone des messages électroniques.

Il ressort d’une de ses études qu’un salarié qui reçoit environ 58 mails quotidiens équivaux en CO2 à 13 aller-retour Paris/New York…

Le mailing papier n’a pas dit son dernier mot ! 

Tandis que la majorité des marques s’évertuent à trouver comment innover, comment surprendre le consommateur, quel contenu diffuser, quel canal digital exploiter…d’autres marques misent sur un fondamental du marketing direct : le mailing papier.

93% des Français lisent le courrier promotionnel qu’ils reçoivent alors contre 20% pour les emails.

Les marques ont donc, à priori, davantage de chances d’être lues par courrier que par email.

Plus aucune marque n’imagine communiquer sans passer par un canal digital : emailings, newsletters, bannières, sites Internet, blogs, publicité display… Elles ont totalement raison de penser qu’il faut être là où le consommateur se trouve mais il s’avère que ces omniprésences digitales tendent désormais vers la recherche constante de moyens innovants de différenciation comme la réalité virtuelle, les partenariats avec des influenceurs, les chabots, l’intelligence artificielle…

Il est fréquent de rencontrer des entreprises souhaitant s’insérer sur un nouveau canal digital pour suivre une tendance, par crainte de voir leur cible préférer leur concurrent ou tout simplement « parce qu’il faut y être ».

Il est malheureusement à noter que la seule présence sur internet ne permet plus aux entreprises de toucher leur cible.

Les marques doivent donc perpétuellement rechercher la communication qui les rendra différentes aux yeux de leur cible. 

Prenons l’exemple des emailings : le taux d’ouverture d’un email se situe, dans le meilleur des cas, aux alentours de 6%, le taux de clic se situe quant à lui à environ 3%, ce qui représente un faible taux de transformation.

Les conseils apportés aux marques sont souvent orientés vers le fait que le digital est économiquement accessible.

Vrai et faux. Les emailings représentent effectivement un faible coût d’envoi puisqu’un emailing envoyé à une faible base peut même être gratuit grâce aux différentes offres du marché

Affirmer que l’envoi d’emailings n’est pas coûteux n’est pas totalement vrai : il est en effet nécessaire de calculer également le coût de fabrication » : l’équipe en charge du contenu, le designer de l’email, l’intégrateur, les heures de réunion passées à déterminer les prochains sujets…

Finalement, pour un envoi gratuit, c’est tout de même un budget conséquent qu’il faut apporter et le retour sur investissement n’est pas forcément à la hauteur de ce qu’espère l’entreprise.

Alors oui, la présence sur les canaux digitaux est incontournable mais le faible taux de transformation peut donner à réfléchir, notamment repenser à des pratiques marketing certes également coûteuses mais dont le taux d’ouverture est peut-être plus satisfaisant.

Le digital n’est pas la seule option pour communiquer.

(Source: Cliquez ici).

 

Share This